Lignon : Centrale à gaz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lignon : Centrale à gaz

Message  Christiane le Mer 25 Jan - 11:59

Source : Tribune de Genève (25.01.2012)
La centrale à gaz sur le point d'être abandonnée

La centrale chaleur-force du Lignon passera-t-elle l’hiver? Selon nos informations, Isabel Rochat, magistrate de tutelle des Services Industriels de Genève (SIG), devrait proposer prochainement au Conseil d’Etat de suspendre le projet de centrale à gaz, en attendant les résultats d’études commandées aux SIG, ce qui revient de facto à l’abandonner. La direction des SIG devrait informer son conseil d’administration de l’évolution de la situation demain. Quelle alternative sera-t-elle proposée à la centrale? La magistrate du PLR refuse de le dire exactement. Mais une chose est sûre, la production d’énergie à Genève prendra d’autres formes: «Les SIG ont été chargés de faire des propositions», explique Isabel Rochat, relayant la position exprimée par la Commission de l’énergie du Grand Conseil à la fin de décembre. On se dirige peut-être soit vers une production décentralisée d’énergie, soit vers une autre localisation, au CERN ou du côté de la Step d’Aïre, une hypothèse étudiée depuis deux ans (nos éditions du 4 avril 2010). Plusieurs facteurs semblent avoir pesé dans la décision du Canton. D’abord, les SIG sont entrés pour quelque 300 millions dans le capital d’EDH, propriétaire ou actionnaire de barrages en Valais et sur le Rhin, une décision qui aurait été accueillie avec réticence au Conseil d’Etat. «Cet investissement considérable aurait été accepté en échange de l’abandon de la centrale», analyse une de nos sources.

Vernier opposé au projet

La situation politique a certainement aussi joué un rôle. Depuis le début, ce projet de centrale à gaz a mis pas mal de monde sur les pattes arrière: la commune de Vernier tout d’abord, qui s’estime chroniquement incomprise et s’oppose à cette nouvelle implantation; une partie du monde politique, par ailleurs. Les Verts, les radicaux désormais fusionnés avec les libéraux, le MCG se sont opposés au projet pour des raisons diverses. Difficile d’en savoir plus. Isabelle Dupont, porte-parole des SIG, explique qu’aucune décision formelle n’a été prise, ni à la direction, ni au conseil d’administration, ni au Conseil d’Etat: «Mais nous étudions la situation.» Interpellé, Claude Haegi, vice-président du conseil d’administration, se dit surpris: «L’hypothèse d’un abandon de la centrale serait grave. Nous nous sommes battus pour cette installation et il serait étrange de la supprimer au profit d’un investissement hors de Genève. Ce n’était en tout cas pas notre intention.» Selon l’ancien magistrat, la récente décision de la Suisse de sortir du nucléaire imposerait le recours au gaz en tant qu’énergie de transition. «On ne peut pas acheter des installations ailleurs et ne rien produire de plus et d’important chez nous. Le village genevois est sympathique, mais il faut avoir une vision, au moins en harmonie avec les orientations de la nouvelle politique énergétique suisse.»

Chauffage à distance

Alimentée par du gaz, la centrale avait pour but de produire 10% de l’électricité consommée dans le canton. Elle aurait fourni également de la chaleur à 20 000 foyers grâce à un système de chauffage à distance. Le couplage chaleur-force permet d’obtenir un rendement de 75%. Ses points faibles? Le rejet de CO2 dans l’atmosphère. Soutenu par l’ancien patron du département de tutelle des SIG, l’écologiste Robert Cramer, l’installation avait été gelée en 2009, puis dégelée à la fin de 2010. Au Grand Conseil l’été passé, les députés se sont révélés incapables de trancher, renvoyant le projet en commission.

avatar
Christiane
Admin

Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum